Cerca

Newsletter
Iscriviti alla nostra newsletter se vuoi ricevere le ultime notizie riguardanti le attività dell' Istituto [Iscriviti]

Album

| Recensioni e discussioni



Francesca Pirola, [recensione a:] Michele Ciliberto (dir.), Giordano Bruno. Parole, concetti, immagini, 3 vol., Pise, Edizioni della Normale, 2014, «Cités» 64, Paris, PUF, 2015, pp. 175-176



Au cours des dix dernières années a eu lieu un considérable développement des études sur Giordano Bruno, de sorte qu’on a parlé, à juste titre, d’une Bruno-Renaissance. Nombreux sont les spécialistes, pas seulement italiens, qui ont consacré leur travail à la pensée de cet «homme universel», comme il a été défini pour sa connaissance des grands philosophes, savants et théologiens, antiques et modernes, et pour la versatilité de ses intérêts. Bruno a été étudié de différents points de vue: comme philosophe de l’infini et de l’inépuisable vitalité de la nature, comme expert d’art lullien et maître de mnémotechnique ou comme figure devenue une espèce de héros populaire après sa condamnation reçue par la Sainte Inquisition et sa tragique mort sur le bûcher. La grande influence de Bruno sur la culture moderne vient de son martyre et, en même temps, de la situation de son oeuvre entre le savoir de la Renaissance et de la Modernité, entre le langage de l’alchimie et de l’hermétisme, d’une part, et les textes scientifiques modernes, d’autre part. Malgré l’intérêt suscité par sa biographie et sa pensée, il n’y avait pas jusqu’à présent un travail de caractère encyclopédique sur Bruno. Cette lacune a été comblée, du moins en partie, par le travail Giordano Bruno. Parole, concetti, immagini, réalisé sous la direction scientifique de Michele Ciliberto, publié aux Edizioni della Normale (Pise), en collaboration avec l’Istituto Nazionale di Studi sul Rinascimento de Florence.
L’oeuvre se compose de trois volumes, pour un total de plus de 2400 pages. Ces tomes offrent au lecteur plus de 1200 articles, qui réunissent le travail de 38 spécialistes actifs dans les universités et équipes de recherche du monde entier. Les articles contenus dans l’encyclopédie se répartissent en articles longs (comme «âme» ou «matière»), de moyenne ampleur (par exemple «Londres» ou «pape Clément VIII») ou brefs (comme «Goethe» ou «Montaigne»). Les deux premiers volumes contiennent la nomenclature (A-H; I-Z), alors que le troisième volume comprend les apparats: la bibliographie des oeuvres, la bibliographie critique et les index. Pour mieux s’orienter dans la trame des articles inclus dans cette encyclopédie, il faut considérer qu’ils sont répartis (idéalement) en cinq domaines: on trouve en premier le lexique des catégories théoriques de la philosophie de Giordano Bruno (où sont répertoriés les mots «âme», «infini», «univers»). Deuxièmement, il y a l’élaboration d’un glossaire concernant les sources antiques et modernes, littéraires et philosophiques ainsi que théologiques et scientifiques (par exemple Cicéron, Platon, Aristote parmi les sources antiques; Érasme et Calvin parmi les sources modernes et théologiques; Tycho Brahe et Copernic pour celles qui se réfèrent aux sciences). Un troisième domaine concerne les épisodes, lieux et figures de la biographie de Bruno, comme, par exemple, les articles «Élisabeth I» ou «Henry III», mais aussi des villes et des académies où Bruno séjourna et tint des leçons au cours de ses pérégrinations à travers l’Europe. Le quatrième point offre un ensemble thématique qui regroupe les auteurs et les événements les plus importants qui ont contribué à la fortune de Bruno (on compte par exemple les articles sur Spinoza et Leibniz). Enfin, il y a des articles dédiés aux profils des hommes d’études et des spécialistes de la philosophie brunienne (Warburg, Gentile) et des hommes de lettres qui ont trouvé en lui leur inspiration (Brecht, Joyce, Calvino).
À l’édition imprimée s’adjoint une publication digitale, où sont contenus textes et images dédiés à l’analyse de la culture et de la philosophie de la Renaissance. Dans l’ensemble, on peut dire que cette encyclopédie devient un instrument indispensable pour tous ceux qui aujourd’hui ont l’intention de se consacrer à l’étude de la pensée de Bruno et de la Renaissance. En plus d’être un utile instrument de travail et de recherche, l’encyclopédie vise à donner une interprétation unitaire et cohérente de la pensée brunienne. Enfin, cette oeuvre veut s’adresser, en premier lieu, aux spécialistes de la philosophie de la Renaissance et, en particulier, de Giordano Bruno, mais pas uniquement: parmi les destinataires, il y a aussi un public plus vaste de lecteurs fascinés par la personnalité polyédrique et légendaire de Giordano Bruno.